Contacts et horaires

Médiathèque de Barr
34 avenue des Vosges
67140 Barr
 03.88.08.56.89 - mediatheque@barr.fr

Lun fermé
Mar 15h-19h
Mer 10h-12h 14h-19h
Jeu  fermé  
Ven   15h-20h
Sam 10h-12h  
Dim Fermé

Compte abonné

Votre compte abonné vous permet de :

  • voir et prolonger la durée d'emprunt des documents sur votre carte
  • réserver un document emprunté par un autre lecteur

Apprenez des langues vivantes

Médiathèque Numérique

Léonard de Vinci, la manière moderne

Alors que le Louvre consacre une grande rétrospective à Léonard de Vinci, ce documentaire explore le processus créatif du maître de la Renaissance. Une plongée inédite dans une œuvre fascinante de modernité.

 

Fils illégitime d'un notaire et d'une paysanne, Léonard est né le 14 avril 1452 à Vinci, un village de Toscane. Il a 12 ans lorsque ses dons pour le dessin lui valent d'être placé par son père dans l'atelier de Verrocchio, à Florence. Dès lors, le jeune artiste n'aura de cesse de combler ses lacunes académiques par l'observation méticuleuse de la nature et du vivant. Ce sont ensuite l'étude de la lumière puis celle du mouvement qui aiguisent son insatiable curiosité, lumière et mouvement qu'il n'arrêtera pas de chercher à capter dans son travail de peintre. Pourtant, lorsque l'on se penche sur les tableaux laissés par l'artiste, leur petit nombre – moins d'une vingtaine selon les experts – est frappant en comparaison des quelque 6 000 pages de notes et croquis de ses carnets parvenus jusqu'à nous.

Processus créatif
Ses activités d'ingénieur, d'inventeur de machines, d'anatomiste, de poète, de botaniste ou de concepteur de fêtes, à Milan ou à la cour de François Ier, où il a vécu ses trois dernières années jusqu'à sa mort, en 1519, ont longtemps laissé penser que la peinture fut pour Léonard de Vinci une activité de second plan, et que plusieurs de ses tableaux sont restés inachevés a alimenté cette thèse. Mais les dernières recherches historiographiques et scientifiques démentent cette croyance, établissant au contraire que l'artiste retravaillait inlassablement ses toiles, parfois pendant des années comme ce fut le cas pour La Joconde, dont il ne s'est jamais séparé. Déroulant le fil de sa vie et décryptant de manière pédagogique le processus créatif du peintre, Sandra Paugam et Flore Kosinetz nous convient à une plongée inédite dans une œuvre unique, dont la modernité ne cesse de fasciner.

Léonard de Vinci : le chef-d'oeuvre redécouvert

Au fil d'une enquête conviant historiens de l'art et restaurateurs, ce documentaire captivant se penche sur une Vierge au fuseau dont la paternité pourrait être attribuée à Léonard de Vinci.

 

Original ou copie ? Huile sur bois, La Vierge au fuseau est un tableau de petit format sur lequel la Vierge, drapée de bleu, tient contre son sein l'enfant Jésus, le regard élevé vers la croix que forme l'extrémité d'un fuseau. Le tableau, dont il existe plusieurs versions, notamment une exposée en Écosse, est-il de la main de Léonard de Vinci ? Datée du début du XVIe siècle,on en perd la trace pendant trois cents ans, jusqu'à sa réapparition sur le marché de l'art au début du XIXe. Passée depuis entre les mains de plusieurs collectionneurs, l'œuvre a longtemps été considérée comme une copie de grande qualité produite au sein de l'atelier dirigé par le maître de la Renaissance. Confiée par son actuel propriétaire à la restauratrice Cinzia Pasquali, qui a notamment signé la restauration de La Sainte Anne de Léonard de Vinci pour le Louvre, elle a fait l'objet pendant près de trois ans d'un patient travail de nettoyage, puis d'une "réintégration" méticuleuse de ses éléments manquants ou altérés. Une restauration placée sous la supervision d'experts de l'Opificio delle Pietre Dure de Florence, et de Vincent Delieuvin, conservateur en charge de la peinture italienne du XVIe siècle au Louvre, et co-commissaire de la grande exposition consacrée à Léonard de Vinci cet automne au grand musée parisien.

Au tamis de l'histoire
Style de la composition, nature des pigments employés, technique picturale utilisée, caractéristiques du dessin préparatoire, éléments du paysage en arrière-plan… Grâce aux outils technologiques et aux éclairages d'experts choisis, cette version de La Vierge au fuseau dévoile peu à peu les secrets de son élaboration et de sa réalisation. Replaçant l'œuvre dans la vie de Léonard de Vinci (1452-1519) et le contexte historique de sa possible création – la prise par la France en 1499 du duché de Milan, où Vinci était alors établi –, Frédéric Wilner ("Paris-Berlin, destins croisés", "Toutankhamon, le trésor redécouvert") réunit une palette d'éléments décisifs  : manuscrits et dessins de l'artiste ; recension des œuvres qu'il exécuta pour le compte du duc de Milan Ludovic Sforza ; extraits des correspondances de Florimond Robertet, secrétaire particulier du roi de France Louis XII, et celle d'Isabella d’Este, marquise de Mantoue, avec Cecilia Gallerani, maîtresse du duc de Milan représentée par Vinci dans La dame à l'hermine ; ou encore la comparaison de La Vierge au fuseau avec La Joconde et La sainte Anne, deux autres chefs-d'œuvre du peintre italien. Passant La Vierge au fuseau au tamis de l'histoire, de la science et des historiens de l'art, cette enquête captivante livre les clés de ce qui pourrait être une nouvelle œuvre attribuée au génial artiste toscan.

La Guerre des As - Deuxième partie : 1917-1918

Printemps 1917. La bataille du ciel connaît un tournant majeur : les États-Unis entrent en guerre et les Allemands changent de tactique. C'est la fin des vols en solo et des duels qui ont fait la gloire de Guynemer. Ernst Udet reçoit les éloges du Baron rouge, qui l'intègre à sa célèbre escadrille : "le cirque de Richthofen". Mick Mannock, qui à 29 ans fait figure de doyen, est un leader-né, attentif à ses jeunes équipiers qu'il couvre et protège pendant les combats. Quand ils sont en permission, à Paris ou Berlin, les héros de l'aviation paradent et festoient. Mais ce vedettariat exaspère les soldats des tranchées, dont la presse ne parle jamais. En septembre 1917, Guynemer est abattu. Son corps ne sera jamais retrouvé. René Fonck, qui n'a de cesse de le venger, enchaîne à son tour les victoires et devient le nouvel "as des as" célébré par Clemenceau. C'est lui qui mène la "charge des aviateurs", en 1918, au-dessus de la Somme : une bataille qui disloque l'offensive allemande, réconciliant les poilus avec les aviateurs alliés. Von Richthofen, quant à lui, subit le même sort que Guynemer. Sa mort bouleverse l'opinion allemande.

La Guerre des As - Première partie : 1914 - 1916

Hiver 1914. La Grande Guerre s'enlise dans les tranchées. Pour le maréchal Joffre, "l'aviation n'est plus uniquement un outil de reconnaissance. Sa mission, désormais, est de détruire l'aviation ennemie". Des centaines de jeunes pilotes s'apprêtent à défendre leur patrie et à assouvir leur soif d'aventure. Mais les débuts sont partout laborieux : l'Allemand von Richthofen et le Français Guynemer sont d'abord jugés trop chétifs pour voler ; le Britannique Mannock est borgne et doit tricher aux tests d'aptitude visuelle ; l'Allemand Udet est si maladroit et effrayé qu'il en rate ses atterrissages. L'infernale bataille de Verdun, en 1916, fait basculer les hostilités. La maîtrise du ciel devient capitale. L'industrie aéronautique, jusqu'alors balbutiante, se met à produire des avions par centaines. "As des as" contre "Baron rouge", Guynemer et von Richthofen deviennent des héros populaires en multipliant les victoires.

L'histoire incroyable des tueurs de bactéries

Avant l’avènement des antibiotiques, les médecins faisaient appel à des virus phages "mangeurs de bactéries" pour guérir les infections. Sous leur allure d'atterrisseur spatial, ils constituent une alternative prometteuse face à l’antibiorésistance.

 

La communauté scientifique est unanime : d’ici 2050, la résistance aux antibiotiques causera dans le monde une mortalité plus élevée que le cancer. Dans cette course contre la montre à la recherche d’alternatives, les regards se tournent vers une ancienne pratique thérapeutique : la phagothérapie. Découverte il y a plus d’un siècle par le microbiologiste Félix d’Hérelle, elle consiste à se servir de bactériophages, ou virus phages, des prédateurs naturels des bactéries qui présentent l’avantage de préserver le microbiote par leur action spécifique. Utilisée avec succès contre la peste ou la dysenterie, la phagothérapie a sombré dans l’oubli dans les années 1940 avec l’émergence des antibiotiques à large spectre, plus adaptés à une production à grande échelle. Dans les pays de l'ancien bloc soviétique, privés d’antibiotiques par les Occidentaux pendant la guerre froide, la phagothérapie s’est imposée comme une médecine à part entière, notamment en Géorgie. En Europe et aux États-Unis, une dynamique est en marche pour réintégrer les virus phages dans la pharmacopée officielle. Mais le défi est de taille : les phages géorgiens étant jugés non conformes aux normes européennes et américaines, il s’agit de tout reprendre de zéro : la constitution de banques de phages spécifiques à chaque infection et la réalisation des études cliniques à grande échelle.

Résultats prometteurs
De l’Institut Eliava àTbilissi, en Géorgie, où, perpétuant l’héritage de Félix d’Hérelle, on soigne chaque année des patients venus du monde entier à l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon, engagé dans des tests de phagothérapie aux résultats prometteurs en passant par les études de l’Institut Rockefeller à New York, ce documentaire se penche sur le potentiel curatif des virus phages, mais également sur les défis thérapeutiques et réglementaires qui leur permettront de soigner des infections résistantes aux traitements antibiotiques.

Temps de chien !

Capitaine de bateau-mouche picoleur et récemment divorcé, Jean, qui craint de perdre son boulot et la garde de ses enfants, rencontre Victor, jeune musicien en galère. Une comédie sociale touchante et mélancolique au séduisant casting.

 

Fringuant dans son uniforme de capitaine de bateau-mouche, Jean, quinqua fraîchement divorcé, vit néanmoins un vertigineux naufrage. Florence, son ex, menace de lui faire retirer la garde alternée de ses enfants. Las de son ivrognerie, son patron lui refuse une avance sur salaire. Même ses enfants râlent : ils en ont marre de céder leur chambre aux clients Airbnb. Seule sa collège Judith, un peu amoureuse, lui apporte sa bonne humeur. Un jour, Jean est expulsé de son appartement. Il se réfugie avec ses enfants dans celui de sa filleule, partie faire le tour du monde. Là, il tombe sur le jeune Victor, un musicien dans la mouise...

Poétiques losers
Cela démarre par une archive de Serge Reggiani citant le célèbre "Enivrez-vous" de Baudelaire, belle introduction aux héros de cette comédie douce-amère, deux poétiques losers égarés dans la jungle parisienne. Avec Victor, son compagnon d'infortune, qui passera une bonne partie du film en peignoir, Jean forme un attachant tandem de pieds nickelés qui rappelle le duo lunaire des Apprentis. Cette "fantaisie dramatique", selon les termes de son réalisateur, s'approprie le genre du feelgood movie, en retardant l'arrivée de l'embellie. Il explore ainsi avec humour et mélancolie le thème du déclassement, montrant la dualité de la capitale, ville de carte postale mais aussi cité inabordable où l'on colmate son budget à coup d'expédients. Ce film bien écrit carbure au rythme alerte de la vie parisienne, avec de savoureux gags à répétition. Philippe Rebbot apporte sa silhouette de vieux rockeur, sa gouaille et sa tendresse à ce rôle qui lui va comme un gant, face à un Pablo Pauly charmant, clownesque, et une Laure Calamy en pleine forme.

 

Meilleur téléfilm au Festival de La Rochelle 2019

La Fille de Brest

Dans son hôpital de Brest, une pneumologue découvre un lien direct entre des morts suspectes et la prise d'un médicament commercialisé depuis 30 ans, le Mediator. De l’isolement des débuts à l’explosion médiatique de l’affaire, l’histoire inspirée de la vie d’Irène Frachon est une bataille de David contre Goliath pour voir enfin triompher la vérité.

Le fantastique Mr Murray

Un portrait impressionniste du "prince du cool", comédien culte et fils spirituel de Keaton, dont la carrière à éclipses et l’imprévisibilité continuent à nourrir le mythe.

 

Partir en quête de Bill Murray, 68 ans, comédien à la mélancolie existentielle et au potentiel comique hors norme, c’est un peu comme chasser le dahu dans les Alpes : une mission impossible pleine de promesses. La notice biographique du "pape du cool" fournit quelques repères : les origines catholiques irlandaises, la famille nombreuse (huit frères et sœurs), l’enfance dans le pavillon le plus modeste d’une banlieue chic de Chicago et le talent précoce, et redoutable, pour l’improvisation, dans l’ombre d’un aîné comédien. Imprévisible – consommateur invétéré de cannabis, il est arrêté à 20 ans pour avoir convaincu les passagers d’un vol qu’il transportait des bombes. Cet électron libre trouve, aux côtés du survolté John Belushi, mort à 33 ans, et de Harold Ramis, futur réalisateur de l’iconique Un jour sans fin, avec lequel il se fâchera au cours du tournage, des acolytes à sa démesure. De la troupe trash du National Lampoon au show TV loufoque Saturday Night Live, ces pionniers subversifs du stand-up osent tout, secouant férocement l’Amérique des seventies. Mais starisé, dans les années 1980 par la comédie hollywoodienne (Meatballs ou, surtout, SOS Fantômes), Murray déprime, d’autant que Le fil du rasoir, adaptation du roman de Somerset Maugham, dans lequel, en moine bouddhiste, ce misanthrope trouve un écho à sa propre quête spirituelle, fait un flop. Il disparaît alors des écrans radars et se réfugie un temps à Paris, étudiant incognito à la Sorbonne et assouvissant une passion nouvelle pour Keaton à la Cinémathèque.

Incontrôlable
Aujourd'hui, l’acteur culte promène, avec une fausse désinvolture, sa silhouette de géant impassible dans le meilleur du cinéma, du sur mesure Lost in translation de Sofia Coppola au burlesque poétique de son désormais frère d’âme Wes Anderson. Mais à ses heures, l'amateur de karaoké va taper l’incruste dans un mariage ou un colloque lambda, au nom de sa délirante tournée "Bill Murray can crash here", qui provoque l’hystérie collective. C’est ce phénomène, idole flegmatique à la vie privée chaotique, que tente de saisir Stéphane Benhamou, au fil d’archives et de témoignages, en se réjouissant in fine que l’irrésistible héros de La vie aquatique lui échappe, comme à tout contrôle et à toute définition. Car son film montre surtout combien Bill Murray reste, envers et contre tous, le seul auteur de sa légende et le génial orchestrateur de son énigme.

MeTube : August Sings Carmen "Habanera"

MeTube est un hommage aux milliers de Youtubeurs et autres créateurs de vidéos audacieux. Ici, le ténor August Schram interprète le "Habanera" issu du Carmen de Bizet et dérive dans un trip halluciné, à la croisée de tous les styles musicaux et de multiples effets visuels.

Marie-Antoinette, ils ont jugé la reine

Dévoilant les arcanes d’un procès truqué, cette ambitieuse fiction historique livre la chronique rigoureusement documentée des derniers jours de Marie-Antoinette et du basculement de la Révolution dans la Terreur.

 

21 janvier 1793. Louis XVI est guillotiné en place publique, sous les clameurs de la foule. Pour les chefs révolutionnaires se pose, dès lors, la question du sort de Marie-Antoinette, enfermée au Temple avec ses enfants et sa belle-sœur. Alors que la jeune République est menacée en son sein par l’insurrection de la Vendée royaliste, et à ses frontières par une coalition de monarchies européennes, la Convention nationale vote, en avril, la création du Comité de salut public, principal et bientôt tout-puissant organe du gouvernement révolutionnaire. Le 2 août, la souveraine déchue, désormais privée des siens et de ses derniers biens, est transférée à la Conciergerie, dans l’attente de son jugement. Antoine Fouquier-Tinville, l’accusateur public du Tribunal révolutionnaire, et le pamphlétaire Jacques-René Hébert, qui déverse sa haine de "l’Autrichienne" dans les pages de son très populaire journal, Le père Duchesne, pressent Robespierre de fixer une date. Dans la nuit du 2 au 3 septembre, alors même que la dernière tentative d’évasion de la reine échoue, les membres du Comité de salut public, réunis en secret, scellent son destin funeste. En offrant au peuple la tête de "la veuve Capet", Robespierre a trouvé un moyen de faire tomber celles de ses opposants politiques (les Girondins, modérés), emportés par les débordements sanglants de la Terreur qui s’instaure. Témoignages contradictoires, absence de preuves, jury de sans-culottes recrutés par les hommes forts du régime, avocats de la défense arrêtés à l’issue de leurs plaidoiries : le 16 octobre, au terme d’un simulacre de procès qui aura duré seulement deux jours et deux nuits, Marie-Antoinette est condamnée à mort, puis conduite à l’échafaud quelques heures plus tard.

Archives inédites
Adaptée du livre Juger la reine, dans lequel l'historien Emmanuel de Waresquiel chronique le procès à la lumières d’archives inédites, et narrée par Denis Podalydès, cette fiction documentaire en cinq actes, première du genre coproduite par ARTE France, déroule le récit des derniers mois de Marie-Antoinette, qui révèle une force de caractère et une dignité insoupçonnées face au piège qui se referme sur elle. Dans des décors soigneusement reconstitués et avec l’appui d’un casting de haute volée (Maud Wyler, vue récemment dans Perdrix, d’Erwan Le Duc, en tête), Alain Brunard plonge dans l’intimité de la dernière reine de France, tout en éclairant les tractations politiques et luttes de pouvoir qui ont présidé à sa fin tragique.

En novembre à la médiathèque

Application : BibEnPoche

Retrouvez tout le catalogue de la médiathèque de Barr sur votre smartphone ! Recherchez, réservez, prolongez vos prêts depuis l'application Bibenpoche !

Application disponible pour Android et iOs

Empruntez des jeux vidéo à la médiathèque

Nouveau: empruntez à la médiathèque jusqu'à 4 jeux vidéo pour les consoles Wii U, Wii, 3DS et PS3. La durée de prêt est de 4 semaines comme pour les autres documents.

Retrouvez le catalogue des jeux en cliquant ici

Nouveautés sur toutapprendre.com

 
Découvrez dès maintenant de nouveaux cours en ligne !
 
Code de la route
Soutien scolaire
Bureautique et multimédia
Développement personnel
Vie professionnelle
Nouvelles langues vivantes
 

Piano en libre accès à la médiathèque

Un piano est disponible en libre accès dans la salle d'exposition de la médiathèque pendant les mois de juillet et août. 

Des partitions sont disponibles au deuxième étage de la médiathèque. 

Piano prêté par Jean-Baptiste Boussion, accordeur de piano - Le Comptoir du Piano

Choix d'affichage

Malvoyant
Thème par défaut

Nouveautés

Suivez-nous sur Facebook

Rejoignez-nous sur notre page Facebook"Médiathèque de Barr" pour suivre les dernières actualités de la médiathèque, les animations à venir et les nouveautés.

Cliquez ici pour pour rejoindre la page Facebook.  

S'inscrire à la newsletter

Tous les mois, recevez par email le programme des animations et les nouveautés: